Archive de la catégorie Prisons

""

La Journée de la justice pour les prisonniers

La Journée de la justice pour les prisonniers est célébrée le 10 août de chaque année depuis son instauration en 1975 afin d’attirer l’attention sur la justice pour les prisonniers ainsi que sur leurs droits. Voici différentes façons de promouvoir la justice pour les prisonniers le 10 août et tout au long de l’année.

""

Pour que les programmes d’échanges de seringues en prison fonctionnent au Canada – 4e partie

Ce billet présente le quatrième de quatre points de vue assez inusités concernant les programmes d’échange d’aiguilles et de seringues. Il explique pourquoi de tels programmes sont essentiels, ce qui se passe dans les prisons canadiennes et étrangères, et comment ce genre de programme peut fonctionner. Ces points de vue ont été exprimés par des panélistes du Réseau canadien de la réduction des méfaits lors d’une table ronde portant sur la justice et les droits des prisonniers, à l’Université Ryerson, à Toronto. Daniela De Santis est coordonnatrice de la prévention à la Prison de Hindelbank, dans le canton de Berne, en Suisse.

""

Pour que les programmes d’échanges de seringues en prison fonctionnent au Canada – 3e partie

Ce billet présente le troisième de quatre points de vue assez inusités concernant les programmes d’échange d’aiguilles et de seringues. Il explique pourquoi de tels programmes sont essentiels, ce qui se passe dans les prisons canadiennes et étrangères, et comment ce genre de programme peut fonctionner. Ces points de vue ont été exprimés par des panélistes lors d’une table ronde portant sur la justice et les droits des prisonniers, à l’Université Ryerson, à Toronto. Sandra Ka Hon Chu est codirectrice de la recherche et du plaidoyer au Réseau juridique canadien VIH/sida. Elle travaille sur les dossiers relatifs aux droits de la personne liés au VIH en prison, à la réduction des méfaits, au travail du sexe, aux femmes et à l’immigration.

""

Pour que les programmes d’échanges de seringues en prison fonctionnent au Canada – 2e partie

Ce billet présente le deuxième de quatre points de vue assez inusités concernant les programmes d’échange d’aiguilles et de seringues. Il explique pourquoi de tels programmes sont essentiels, ce qui se passe dans les prisons canadiennes et étrangères, et comment ce genre de programme peut fonctionner. Ces points de vue ont été exprimés par des panélistes du Réseau canadien de la réduction des méfaits visant à appuyer les droits des prisonniers et la justice, lors d’une table ronde portant sur la justice et les droits des prisonniers, à l’Université Ryerson, à Toronto. La Dre Ruth Elmwood Martin est professeure clinique à la faculté de santé de la population et de santé publique de l’Université de Colombie-Britannique. Elle est membre associée du corps enseignant du département de médecine généraliste et membre de son principal groupe de recherche pour le programme de résidence en médecine généraliste, ainsi que l’une des fondatrices du Collaborating Centre for Prison Health and Education.

""

Pour que les programmes d’échanges de seringues en prison fonctionnent au Canada – 1ère partie

Ce billet présente le premier de quatre points de vue assez inusités concernant les programmes d’échange d’aiguilles et de seringues. Il explique pourquoi de tels programmes sont essentiels, ce qui se passe dans les prisons canadiennes et étrangères, et comment ce genre de programme peut fonctionner. Ces points de vue ont été exprimés par des panélistes du Réseau canadien de la réduction des méfaits lors d’une table ronde portant sur la justice et les droits des prisonniers, à l’Université Ryerson, à Toronto. Julie Thomas est chef de programme/directrice exécutive de Healing our Nations, un organisme qui renseigne et qui appuie 31 communautés des Premières Nations de la région de l’Atlantique et du Nord du Labrador dans la prévention du VIH/SIDA et de questions connexes.

""

Chip O’Connor, avocat en droit criminel, aborde la question de l’accès à la justice

Ce billet fait partie de notre série Échange de vues sur l’accès à la justiceLa justice n’est pas quelque chose qu’on peut tenir entre ses mains ou mettre en banque. Elle n’est ni concrète ni inflexible. L’essence de la justice est un bon équilibre entre ou parmi les intérêts opposés ou divergents.L’avocat de Kingston Fergus J. (Chip) O’Connor a été admis au Barreau en 1974. Un an plus tard, il a ouvert un cabinet d’avocat à Kingston et se consacre depuis à fournir des services juridiques aux prisonniers et à défendre leurs droits à tous les paliers du système judiciaire canadien, souvent bénévolement.

James Lockyer

Propos de James Lockyer à l’occasion de la journée pour la prévention des condamnations injustifiées

Les condamnations injustifiées sont un problème mondial. Notre Association in Defence of the Wrongly Convicted a reconnu le besoin d’une journée pour la prévention des condamnations injustifiées (International Wrongful Conviction Day). La journée pour la prévention des condamnations injustifiées rappelle au grand public qu’il y a eu, qu’il y a encore et qu’il continuera d’avoir des condamnations injustifiées à l’échelle de la planète. Il est nécessaire de modifier notre système pour les mettre à jour et les éviter à l’avenir. James Lockyer, un des associés de Lockyer Posner Campbell, est le cofondateur et le principal conseiller de l’Association in Defense of the Wrongfully Convicted, un organisme de défense des personnes condamnées injustement.

""

À l’occasion de la journée pour la prévention des condamnations injustifiées : l’histoire d’une personne qui a été condamnée injustement

« En tant qu’individu condamné injustement, qui a finalement en la bonne fortune d’avoir été libéré, je ressens le besoin de faire ce que je peux pour aider les autres. Pour tout dire, le mal est mal. Nous avons tous une obligation de corriger les injustices dont nous avons connaissance… »Ron Dalton, terre-neuvien, a passé plus de huit ans en prison en raison d’une accusation de meurtre au deuxième degré pour la mort de sa femme. Ces conclusions erronées lui ont coûté 12 ans de sa vie et engendré deux procès, un appel, une instance civile, une enquête publique sur son dossier, ainsi que deux autres condamnations injustifiées.

""

La Journée de la justice pour les prisonniers

(Traduit de l’anglais par Sophie Raymond) La Journée de la justice pour les prisonniers est célébrée le 10 août de chaque année depuis son instauration en 1975 afin d’attirer l’attention sur la justice pour les prisonniers ainsi que sur leurs droits. Cette année, à l’occasion de cette journée, l’Association canadienne des libertés civiles, Aide juridique […]