Le 22 février marque la Journée de sensibilisation à la traite de personnes au Canada

La traite de personnes implique de recruter, de transporter et de loger des personnes ou d’exercer un contrôle ou une influence sur leur mouvement afin de les exploiter, généralement à des fins sexuelles ou de travail forcé.

En 2012, le gouvernement fédéral a dévoilé son Plan d’action national de lutte contre la traite de personnes pour tenter de mettre fin à ce problème.

L’Ontario compte plus des deux tiers des cas de traite de personnes recensés au Canada.

La majorité des survivants sont des citoyens canadiens ou des résidents permanents. En outre, les femmes et les filles autochtones font partie des groupes les plus ciblés et les plus surreprésentés parmi les victimes de la traite des personnes, selon un rapport de 2014 commandé par le gouvernement fédéral (en anglais seulement).

En 2017, l’Ontario a adopté la Loi contre la traite de personnes et mis sur pied une équipe provinciale des poursuites relatives à la traite des personnes afin poursuivre les individus qui se livrent à la traite des personnes et d’assurer une approche provinciale coordonnée.

Shelley Gilbert, coordonnatrice des services sociaux à Legal Assistance of Windsor, une clinique financée par AJO, affirme que les professionnels de la défense des droits juridiques et sociaux doivent unir leurs forces afin de fournir le meilleur service possible  aux victimes de la traite des personnes et leur assurer une prise en charge juridique et psychosociale idéale pour faire face au problème.

À Windsor et dans le comté d’Essex, on compte des travailleurs agricoles saisonniers parmi les personnes exploitées par les trafiquants, affirme Mme Gilbert.

En 2014, les services de police ont déclaré 206 infractions de traite de personnes au Canada, ce qui représente moins de 1 % des affaires déclarées par la police. La majorité des victimes étaient de sexe féminin (93 %), tandis que la plupart des auteurs présumés étaient de sexe masculin (83 %). De 2009 à 2014, 47 % des victimes d’affaires de traite de personnes déclarées par la police étaient âgées de 18 à 24 ans, alors que 25 % des victimes étaient âgées de moins de 18 ans. Les individus accusés de traite de personnes déclarées par la police avaient tendance à être âgés de moins de 35 ans.

Dans le monde, on estime que la traite des personnes touche 21 millions d’individus.

Sources et ressources :