Michelle Bain, lawyer, Legal Aid Ontario

En avant toutes à AJO

À AJO, nous comprenons que les femmes qui poursuivent des carrières exigeantes dans le domaine du droit font face à des défis particuliers à la maison et au travail. Aide juridique Ontario a fait divers efforts pour créer un environnement qui réduit les obstacles pour les femmes qui travaillent dans le domaine du droit. Voici l’exemple de l’une d’entre elles.

de Michelle Bain, avocate, Bureau de l’avocate générale, Aide juridique Ontario

Mon parcours a débuté en tant que stagiaire sur la rue Bay. Je travaillais diligemment dans mon bureau (croyant alors jeter les bases de mon illustre carrière en litige commercial d’entreprise) lorsque l’honorable Patrick J. LeSage (oui, lui-même, en personne), l’ancien juge en chef, est entré dans mon bureau et m’a demandé si j’étais occupée. Je lui ai immédiatement offert mon siège ; il est même possible que je me sois inclinée... je ne me souviens plus.

Ma place était à Aide juridique Ontario

A l’époque M. LeSage a vu en moi quelque chose dont je n’avais pas encore pris conscience ; le fait que ma place était à Aide juridique Ontario. Il m’a demandé de rédiger un mémoire pour un client qui... vous l’avez deviné... était Aide juridique Ontario.

Le travail était complexe et délicat et les droits fondamentaux des clients vulnérables d’AJO étaient en jeu. Inutile de dire que je travaillais ardemment sur ce dossier quand j’ai rencontré Sue McCaffrey pour la première fois, droite dans ses bottes de pluie jaune et son tailleur impeccable. Elle s’est montrée des plus courtoises et des plus reconnaissantes des efforts et du travail que nous avions fournis.

J’ai trouvé dans quelle direction orienter ma carrière

Ce dossier a tout changé. J’ai su dès lors que j’avais trouvé la direction que ma carrière était censée prendre. En quittant la rue Bay, il m’a fallu prendre des décisions difficiles et j’ai provoqué quelques froncements de sourcils, mais je n’ai jamais regardé en arrière.

J’ai rejoint Aide juridique Ontario en 2012 en tant qu’avocate de service principale au Palais de justice de Lindsay. C’était un emploi que j’adorais même si j’ai dû vérifier sur une carte où se trouvait Lindsay quand on m’a proposé le poste. Actuellement, je suis la dernière recrue de l’équipe juridique du Bureau de l’avocate générale.

Établir un cercle En avant toutes à AJO

Et puis, il y a un an, j’ai lu un livre intitulé En avant toutes : les femmes, le travail et le pouvoir, de Sheryl Sandberg. Les principes généraux de l’ouvrage ont été une source d’inspiration pour moi. Parmi les principaux thèmes de l’auteure se trouvent :

  • les défis auxquels les femmes font face lorsqu’elles tentent d’atteindre l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle;
  • le point mort du mouvement féministe et son impact sur les choix des femmes;
  • le fait de permettre à nos partenaires de jouer un rôle égal au travail et à la maison;
  • les obstacles internes et externes qui empêchent les femmes d’aller de l’avant.

Je voulais discuter de ces questions, alors j’ai envoyé un courriel à quelques collègues et je leur ai demandé si elles souhaitaient établir le premier groupe En avant toutes d’AJO.

Notre cercle d’origine qui comptait Andrea Danon, Binh Pham, Lana Strain, Lynne Campbell, Cindy Bruinsma, Sue McCaffrey, Mary-Ann Cocchetto et moi même, se réunit depuis plus d’un an.

Un mouvement désormais populaire

Durant cette période, nous avons commencé à ouvrir la voie à une plus grande autonomisation des femmes à AJO. Nous avons vécu des instants marquants, nous avons gagné en sagesse et nous nous sommes soutenues mutuellement. Nous avons créé une communauté que nous avions hâte de retrouver le troisième vendredi du mois.

Nous avons tiré de ces formidables discussions que de nombreuses femmes — et hommes — au sein de l’organisme voulaient aussi prendre part à notre cercle. Cela a suscité l’idée d’envoyer une invitation à tous les employés d’AJO à se joindre à notre groupe.

La réponse a été extrêmement positive : de notre plus haute direction à notre personnel de soutien de première ligne en passant par l’ensemble de la hiérarchie.

La boucle est bouclée

En soutenant l’initiative En avant toutes, AJO montre son attachement envers l’égalité des sexes, les initiatives populaires et l’innovation. Aide juridique est un excellent milieu de travail pour les femmes ; être en mesure d’aller de l’avant ne fait que le rendre encore meilleur.