""

La nécessité de penser en dehors des sentiers battus lorsqu’il est question de santé mentale

Par Sheela Subramanian
(Traduit de l’anglais par Sophie Raymond)

On pense souvent qu’il est facile de repérer les personnes ayant un handicap, de même que les accommodements et les mesures d’accessibilité pour ces personnes. Par exemple, lorsqu’une personne pense aux personnes handicapées et à l’accessibilité, elle imagine bien souvent des salles de bain, des ascenseurs et des places de stationnement facile d’accès.

La réalité, bien sûr, est que plusieurs types de handicap, notamment les troubles de santé mentale, ne sont pas facilement repérables. Il en est de même pour les accommodements et les mesures d’accessibilité efficaces. En fait, on doit penser en dehors des sentiers battuslorsqu’il est question d’accessibilité en matière de santé mentale. Il ne s’agit pas de construire des rampes d’accès ou des portes élargies, mais plutôt de penser en termes d’innovation et d’inclusion.

Le projet Think Outside the Box: Mental Health Accessibility Project de l’Association canadienne pour la santé mentale (ACSM) (division de l’Ontario) est une initiative qui favorise l’innovation en ce qui concerne l’accessibilité en matière de santé mentale. Pour ce faire, nous regroupons et échangeons des modèles de réussite en lien avec l’accessibilité et l’accommodement dans le domaine de la santé mentale. Résultat : une ressource sur le Web qui présente des renseignements et des pratiques novatrices au sujet de l’accessibilité et de l’accommodement en matière de santé mentale.

Des personnes nous ont dit que les politiques organisationnelles en faveur des animaux offrant un soutien moral et du personnel de soutien ont un effet positif dans leur vie de tous les jours. Des fournisseurs de services nous ont dit que l’établissement de partenariats avec des organismes de santé mentale les aidait à trouver des solutions créatives pour surmonter certains obstacles liés à l’accessibilité dans le domaine de la santé mentale.

Comme vous le savez, la Loi de 2005 sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario et le Code des droits de la personne de l’Ontarioexigent que les organismes des secteurs public et privé de l’Ontario améliorent l’accessibilité pour les personnes handicapées, y compris celles ayant des problèmes de santé mentale, et qu’ils leur offrent des accommodements. L’ACSM Ontario reçoit régulièrement des demandes de conseils de la part d’intervenants du secteur public à propos de l’accessibilité en matière de santé mentale. Ces demandes reflètent souvent une interprétation erronée ou de la fausse information concernant la nature de différents troubles de santé mentale et la définition d’accessibilité dans ce contexte. Nous espérons que ce projet fournira aux intervenants des outils qui leur permettront d’élaborer eux-mêmes des solutions en matière d’accessibilité.

L’expertise de l’ACSM Ontario en matière d’accessibilité et d’accommodement dans le domaine de la santé mentale a été mise à profit dans le cadre des activités et des projets suivants :

  • La santé mentale au travail, un programme en matière de santé mentale en milieu de travail
  • Le projet Enabling Minds qui améliore l’accessibilité en matière de santé mentale dans le secteur des loisirs
  • Think Outside the Box, une ressource Web sur l’accessibilité en matière de santé mentale et les droits de la personne
  • Des activités continues liées au soutien en milieu de travail et au logement avec services de soutien
  • Une analyse de la promotion des droits et de la politique publique en lien avec le Programme ontarien de soutien aux personnes handicapées (POSPH)
  • Une nomination au Comité consultatif d’Élections Ontario sur l’accessibilité
  • Une participation à l’élaboration de la Loi de 2005 sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario et de ses normes

De plus, l’ACSM Ontario reçoit des demandes d’organismes gouvernementaux et non gouvernementaux qui concernent le respect de la Loi de 2005 sur l’accessibilité pour les personnes handicapées de l’Ontario et de ses normes. En général, ces organismes cherchent des renseignements et des ressources sur les façons d’améliorer l’accessibilité des programmes, des politiques et des pratiques pour les personnes ayant des problèmes de santé mentale. L’ACSM Ontario a reçu des demandes de la part de la Commission ontarienne des droits de la personne; de l’Office des transports du Canada; du Bureau des obligations familiales du ministère des Services sociaux et communautaires; de Presto, une division de Metrolinx; et d’Élections Ontario. À l’échelle locale, les éducateurs publics de l’ACSM reçoivent aussi des demandes similaires.

Comment pouvez-vous aider? Dites-nous ce que vous ou votre organisme faites pour favoriser l’accessibilité et l’accommodement pour les personnes ayant des troubles de santé mentale. Recourez-vous à des pratiques formelles ou informelles dont vous désirez parler? Voici quelques exemples de pratiques efficaces :

  • Porter son attention sur la personne plutôt que sur le handicap ou le diagnostic;
  • Demander aux clients quels sont leurs besoins en matière d’accommodement;
  • Verser des honoraires aux personnes ayant des problèmes en santé mentale afin de reconnaître et de souligner leur contribution;
  • Accepter tous les animaux d’assistance au sein de l’organisme, y compris les animaux offrant un soutien moral;
  • Élaborer des politiques de retour au travail efficaces et adaptées aux besoins des employés.

Pour transmettre votre histoire, communiquez avec Sheela Subramanian à ssubramanian@ontario.cmha.ca. Ce projet reçoit des avis de la Direction générale de l’accessibilité pour l’Ontario, du ARCH Disability Law Centre, de l’ACSM Champlain Est, de l’ACSM Sudbury/Manitoulin, de l’ACSM York et Simcoe Sud, de la santé mentale au travail et de la Commission ontarienne des droits de la personne.

Sheela Subramanian est analyste des politiques à l’ACSM Ontario.

Le présent article a été  initialement publié sur la page sur la Stratégie en matière de santé mentale.