""

À propos du groupe Voices for Change

Par Colleen Sym

« Je ne suis pas seul. »

C’est ce que les participants nous ont dit avoir appris lors d’une série de rencontres de discussion ouverte tenues à l’hiver 2011 dans la région de Halton.

Une participante en particulier, Cathy, a trouvé remarquable cette manifestation de solidarité. Elle s’est associé à d’autres participants afin de former Voices for Change Halton (Voices), un groupe d’intervention anti-pauvreté dirigé par des pairs et parrainé par la clinique Halton Community Legal Services (HCLS).

L’histoire de Cathy

Voici ce que raconte Cathy au sujet du groupe dirigé par les pairs :

J’ai eu des problèmes de dépendance, de manière intermittente, pendant les 40 dernières années. Par contre, je n’ai touché à aucune substance depuis les cinq dernières années. Ce rétablissement a été facilité par plusieurs organismes et par plusieurs personnes. Voices for Change Halton a joué un rôle important dans ce processus de rétablissement puisque ce groupe a mis un réseau de soutien à ma disposition. Les membres de Voices for Change Halton s’encadrent et se soutiennent les uns les autres de plusieurs façons.

Lorsque nous avons formé le groupe, nous avons échangé nos expériences et nous avons parlé des obstacles que nous avons rencontrés dans le système et ailleurs. Ces histoires, lorsqu’elles sont entendues, non seulement constituent des récits d’apprentissage, mais elles établissent aussi la base d’une amitié solide. Elles nous aident à créer des liens et à devenir un groupe d’entraide soudé.

Tous les membres de Voices for Change ont eu à s’orienter dans le système pour survivre. Cette connaissance nous pouvons l’enseigner aux autres pour leur faciliter la vie.

Lorsque j’ai commencé à participer à Voices for Change, je recevais des prestations d’Ontario au travail. Des membres du groupe échangeaient des renseignements, par exemple, comment obtenir des articles pour des besoins particuliers. J’avais alors des problèmes de santé qui n’étaient pas pris en charge et on m’avait refusé certains services que d’autres membres du groupe avaient pu recevoir. En m’informant auprès d’autres membres sur la façon dont ils avaient obtenu ces services, j’ai réussi à avoir de nouvelles orthèses, un nouveau matelas, des soins dentaires et un appareil pour traiter l’apnée du sommeil.

Un membre m’a aussi dit que j’étais admissible au programme Employment Start Up. J’avais déjà fait une demande pour pouvoir participer à ce programme, mais elle avait été refusée. Cette personne m’a certifié que j’étais bel et bien admissible et m’a encouragée à faire une nouvelle demande. Je l’ai fait et, cette fois-ci, ma demande a été acceptée.

Enfin, je n’ai pas seulement été aidée par mes pairs; j’ai, moi aussi, parrainé d’autres membres afin de les aider à avancer et à avoir une vie meilleure.  

Expériences vécues

Le parrainage de Voices par la HCLS touche plusieurs choses, mais il n’y a qu’un seul principe directeur sur lequel repose cette collaboration : « Rien sur nous sans nous ».

Nous avons emprunté cette devise au secteur de la santé mentale, où les avantages des projets menés par des consommateurs/survivants sont bien connus. Les personnes qui ont vécu des expériences similaires peuvent les mettre en commun afin d’influencer les politiques et d’amener des changements sociaux.

À Halton, la population reconnaît maintenant que les personnes ayant vécu dans la pauvreté jouent un rôle crucial dans la société en accomplissant les actions suivantes :

  • Sensibiliser les gens à la pauvreté et à la lutte contre la pauvreté dans la région de Halton et les informer sur ces sujets;
  • Prendre des mesures visant à tenir les politiciens et les dirigeants locaux responsables et veiller à ce que ces mesures soient appliquées en s’assurant que les promesses que font les politiciens et les dirigeants soient tenues et que les nouvelles initiatives de lutte contre la pauvreté atteignent les résultats escomptés;
  • Participer à l’élaboration et à la mise en œuvre de possibilités d’action.

Le travail que le groupe Voices a réalisé au sein du service de santé de Halton est un parfait exemple de ce rôle crucial. Voices a fourni des renseignements essentiels concernant la pauvreté telle qu’elle est vécue et les besoins en matière de santé mentale afin que le travail du service de santé soit orienté vers les populations prioritaires.

De l’aide apporté par des pairs

La collaboration entre la HCLS et Voices se révèle une excellente façon d’améliorer l’efficacité et l’efficience des services juridiques relevant du domaine de pratique des cliniques. Une fois de plus, la HCLS a tiré parti des meilleures pratiques du secteur de la santé mentale et, grâce aux participants de Voices, elle a commencé à officialiser les services d’assistance par des pairs.

Le Halton Legal Health Check-Up est un autre outil de prévention mis en place par les pairs qui améliorera l’accès à la justice à Halton en cernant, de façon proactive, les besoins juridiques et les droits qui doivent être défendus.

Nos recherches et nos expériences ont démontré que l’entraide peut être un moyen très efficace de fournir des renseignements juridiques. Lorsque l’entraide est associée à la mise en place et au maintien de réseaux de soutien créés par des pairs, l’éducation juridique peut être une stratégie participative puissante permettant aux personnes de s’en sortir d’elles-mêmes et de s’aider mutuellement.

Les réseaux d’entraide peuvent viser la diffusion continue de renseignements généraux sur le droit, la prestation de services éducatifs préventifs, l’échange de connaissances et l’acquisition de compétences pratiques de défense des droits.

Pour des participants comme Cathy, un réseau d’entraide procure un système de soutien qui montre aux personnes qu’elles ne sont pas seules.

Colleen Sym est la directrice générale de la clinique Halton Community Legal Services. 

Le présent article a été  initialement publié sur la page sur la Stratégie en matière de santé mentale.