Entrevue de Kirsti Mathers McHenry sur le milieu pour la communauté LGBT

Cet article a été initialement publié dans MyHR, un bulletin interne d’Aide juridique Ontario.

C’est le mois international de la Fierté! Fierté, c’est une célébration à l’échelle mondiale qui comprend la défense des droits, l’éducation, l’histoire et la culture des communautés LGBT globales. C’est aussi le moment de mettre en lumière les progrès continuels des droits de la personne au Canada ainsi que la diversité et le dynamisme de notre population.

Nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec Kirsti Mathers McHenry, directrice de la planification et des initiatives stratégiques et de la section des services généraux à Aide juridique Ontario (AJO), de son expérience du marché du travail en tant que membre de la communauté LGBT. Voici ce qu’elle nous a dit.

Le mois de la Fierté, qu’est- ce que ça signifie pour toi? 

Kirsti

Kirsti Mathers McHenry

« Le mois de la Fierté est une occasion de se rassembler et de célébrer la beauté  de la diversité. C’est un moment où les personnes peuvent célébrer tous les aspects de leur identité. Quelle que soit la difficulté d’exprimer son moi véritable les autres jours, le jour de la Fierté, c’est ce moi véritable qui rend une personne spéciale et qui lui donne une place dans la communauté qui célèbre la Fierté. J’adore la joie qui en ressort. J’adore regarder les PFLAG (parents et amis des membres de la communauté LGBT) prendre part à la marche et voir les parents exprimer leur amour envers leurs enfants et leur solidarité. J’aime aussi voir les jeunes gens qui se rendent compte qu’ils ont trouvé un foyer et une communauté. C’est une période de joie et de célébration qui nous montre la puissance de célébrer collectivement notre individualité. Être une mère le jour de la Fierté, c’est nouveau pour moi et c’est exaltant. J’adore regarder ma fille être accueillie dans la communauté et nouer ses propres relations et prendre sa place dans les célébrations de la fierté. »

Quels sont certains des défis auxquels vous avez fait face en tant que membre de la communauté LGBT en manœuvrant dans le marché du travail ?

« Je pense que c’est parfois difficile de “sortir du placard”. En tant que femme bisexuelle, mariée à une femme, je trouve que les gens présument que je suis lesbienne. En fin de compte, j’ai beaucoup de privilèges. En particulier, comme avocate, j’ai une compréhension approfondie de mes droits et de mes choix au sujet de l’endroit où je veux travailler. J’ai eu la capacité de choisir des groupes accueillants où mon point de vue et mon engagement à l’égalité étaient appréciés. Comme avocate et personne privilégiée, Je ressens l’obligation d’en parler  et de faire partie d’un groupe d’adultes LGBT qui prouvent que la situation  peut s’améliorer. »

Quel est l’effet des stéréotypes lorsqu’il s’agit de questions LGBT dans le marché du travail?

« La discrimination évolue. Traditionnellement, les stéréotypes étaient plus répandus, mais en même temps que nous évoluons socialement, la discrimination, elle aussi, évolue. La discrimination systémique et la gestion de changements qui rendront les institutions  plus accueillantes pour tous sont des enjeux  sérieux. Il est important que nous étudiions la discrimination intersectionnelle et la manière dont les différents aspects de l’identité peuvent, à la fois, privilégier et marginaliser une personne. »

Donnez-nous des exemples de ce que peuvent faire les gens dans leurs interactions quotidiennes pour rendre le lieu de travail plus inclusif pour la population LGBT?

« Toute personne a une orientation et une identité sexuelles. Il est important de se rappeler que nous venons tous au travail avec nos propres expériences et notre propre point de vue. »

En tant que membre du comité sur l’inclusion et la diversité d’AJO, quel est votre objectif principal au cours de ce mandat?

« Construire sur la base de la culture existante d’AJO : nous sommes un groupe de personnes talentueuses et accueillantes qui se soutiennent les unes les autres et qui travaillent à apporter un changement significatif dans le système de justice et dans les vies de nos clients. Si nous pouvons améliorer notre compréhension des clients et interagir avec eux et les prestataires de service, nous pouvons améliorer l’accès à la justice.