La connexion VIJ; là où la technologie rencontre l’information et l’éducation juridique

La chose peut paraître paradoxale, mais les communautés en ligne requièrent beaucoup de travail hors ligne. Bien qu’elles existent dans le cyberespace, les communautés numériques sont créées et maintenues grâce au dur travail dans le monde réel de personnes comme Brenda Rose, chef de projet de La connexion VIJ, un site Web interactif d’éducation juridique à l’intention du public (ÉJP). Madame Rose travaille à Courthouse Libraries BC, qui, avec PovNet, Éducaloi et CLEO, a réalisé La connexion VIJ.

« La connexion VIJ vise à utiliser la technologie pour élaborer et mettre en œuvre [des programmes d’ÉJP] au Canada. Elle vise à connecter les fournisseurs de programmes d’ÉJP de tout le pays pour leur permettre de disséminer des connaissances et découvrir ce que les autres font, » explique madame Rose. En tant que coordonnatrice de programme de ClickLaw, un site d’information juridique à l’usage des résidents de Colombie-Britannique, madame Rose est profondément immergée dans le monde de l’ÉJP sur le Web. Elle est d’avis que la grandeur du territoire canadien et la diversité des législations provinciales posent des défis aux fournisseurs d’ÉJP. Les solutions Web sont des éléments essentiels de partage de l’information pour cet auditoire spécialisé.

Madame Rose décrit La connexion VIJ comme une « communauté de pratique », un terme adéquat pour ce site Web bilingue (PLEI Connect en anglais), qui contient un forum et un carnet Web ouverts aux contributions de tous les membres. Ces derniers doivent s’inscrire pour voir ce qui se passe dans la communauté en ligne et participer, décision motivée par le désir de créer un espace dans lequel les personnes se sentent à l’aise de communiquer leurs connaissances ou demander de l’aide. Madame Rose souligne que le processus d’inscription n’est pas exclusif. Toute personne affiliée à un organisme d’ÉJP ou de justice sociale ou quiconque a un intérêt dans le domaine peut s’inscrire. Après vérification des renseignements les concernant (fait par un être humain, donc le processus peut prendre un jour ou deux), les nouveaux membres reçoivent une invitation à s’inscrire.

La communauté de pratique en ligne compte maintenant plus de 170 membres « de chaque province et de presque tous les territoires, » dit madame Rose, ajoutant qu’elle a reçu « de bons commentaires » des membres qui accordent de la valeur aux conversations sur le site Web.

« Il y a des exemples intéressants de partage d’information. Beaucoup d’information est échangée, par exemple, sur les services de clavardage en ligne, » de dire madame  Rose. Elle cite le cas d’une clinique juridique du Nord de l’Ontario qui a fait part de son expérience et de son point de vue technique sur l’utilisation des programmes de clavardage sur le Web pour fournir des conseils juridiques. Cette information s’est avérée « très utile pour le personnel ici [Courthouse Libraries BC] et certains autres fournisseurs d’ÉJP à Vancouver ». Elle cite aussi le cas d’un petit organisme de Vancouver qui a reçu des conseils sur la conception de site Web d’une personne de Toronto ayant des connaissances en TI. Parcourant le carnet Web et le fil de discussion du forum, je vois ces exemples et bien d’autres de dissémination de l’information et des pratiques exemplaires. L’auditoire de La connexion VIJ étant spécialisé, le volume général de conversation est modéré, mais les échanges semblent fructueux. Les webinaires réguliers plus tard affichés sur sa chaîne YouTube sont d’autres composantes importantes de la dissémination d’information de La connexion VIJ.

La connexion VIJ est le fruit de l’évolution de l’initiative Just A Click Away lancée en 2010. Soutenu par le Fonds d’accès à la justice de la Fondation du droit de l’Ontario, le projet initial a pris la forme d’une série de conférences et de webinaires tenus par Éducaloi et Courthouse Libraries BC, examinant le point de rencontre de la technologie et de l’ÉJP au Canada. Après la conférence de deux jours à Vancouver en 2011, madame Rose dit qu’il y avait « tant d’énergie et d’enthousiasme pendant la conférence et un tel désir de continuer » que la prochaine étape de Just a Click Away a été lancée, PovNet et CLÉO se joignant aux rangs en tant que partenaires.

« Nous avons produit un plan de projet pour [ce qui est devenu] La connexion VIJ en créant une liste des exigences. Nous avons demandé aux fournisseurs d’ÉJP comment ils utilisaient la technologie et ce qu’ils voulaient faire, » se rappelle madame Rose. « À cette étape [l’ancien nom] Just a Click Away a été changé parce qu’il ne semblait plus adéquat. »

Le travail de base de la communauté de pratique de La connexion VIJ a été intensif. Les renseignements de base ont été rassemblés par l’intermédiaire d’un sondage long et détaillé envoyé aux groupes d’ÉJP.

« Le taux de réponse [au sondage] a été bon et les répondants nous ont dit beaucoup au sujet de leur travail et de ce qu’ils voulaient voir dans la communauté de pratique en ligne. Ce processus nous a gardés ancré dans la réalité et nous a empêchés d’improviser en cours de processus, » dit madame Rose.

La connexion VIJ met fin à sa phase financée (le projet est soutenu à l’heure actuelle par le ministère fédéral de la Justice) et recherche des fonds supplémentaires pour publier les pratiques exemplaires glanées des webinaires et de la communauté en ligne. À l’avenir, madame Rose aimerait voir une plus grande participation de la communauté juridique à La connexion VIJ parce que le site Web facilite l’accès à la justice en offrant aux avocats des conseils sur des sujets tels la connexion avec des auditoires et l’écriture claire et simple. Madame Rose aimerait aussi « faire le travail de relations communautaires qui doit être fait » pour répandre la nouvelle au sujet de La connexion VIJ. Cette communauté de pratique existe en ligne, mais, comme le dit madame Rose « pour développer des relations, l’élément humain qui connecte les personnes est nécessaire ».

Andi Argast

À propos de Andi Argast

Rédactrice à la pige, conseillère en communications à temps partiel à AJO, étudiante de deuxième cycle à temps plein (Critical information studies). S’intéresse à l’activisme numérique et à l’informatique communautaire. Butée, mais dans le bon sens du mot.