Doyen Bruce Feldthusen : « Voilà mon Canada »

Avant d’occuper son poste de doyen de la Section de common law à l’Université d’Ottawa, Bruce Feldthusen a joué un rôle actif dans la prestation de services en matière de droit des pauvres. Il a aussi été un ardent défenseur de la prestation des services juridiques en français et un partisan convaincu des sociétés étudiantes d’aide juridique (SEAJ).

Le 30 juin dernier, cependant, Bruce Feldthusen a quitté son poste de doyen, après avoir assumé ce rôle pendant plus de 13 ans.

Toutefois, avant qu’il ne quitte ses fonctions, j’ai pu rencontrer le doyen Feldthusen dans son bureau du pavillon Fauteux situé sur le campus de l’Université d’Ottawa. Nous y avons discuté de son engagement à l’égard de la prestation des services en français et de son rôle au sein des SEAJ financées par Aide juridique Ontario.

Une question d’équilibre

Bruce Feldthusen a commencé sa carrière à l’Université d’Ottawa en janvier 2000 en tant que doyen de la Section de common law. Il a aussi enseigné le droit de la responsabilité délictuelle, le droit administratif, la réparation en justice et les droits de la personne. Étant né à Montréal et y ayant grandi, M. Feldthesen affirme que l’accès aisé à sa ville natale a été l’une des raisons pour lesquelles il a voulu habiter dans la région d’Ottawa. « Voilà mon Canada », dit-il de notre capitale.

L’un des nombreux rôles que le doyen a assumés par le passé a été son rôle administratif dans la SEAJ de l’université. D’ailleurs, le système de cliniques étudiantes n’a aucun secret pour lui puisqu’il a travaillé dans une SEAJ alors qu’il suivait des cours à l’ University of Western Ontario en vue d’obtenir un diplôme en droit. La SEAJ de l’Université d’Ottawa compte plus de 40 étudiants bénévoles suivant tous tout au long de l’année scolaire, le cours pratique du programme de droit. Ces étudiants fournissent surtout des services pour des affaires de droit criminel, jonglant entre trois à quatre dossiers à la fois sous la supervision de quatre avocats à temps plein.

Au début de son mandat à l’Université d’Ottawa, Bruce Feldthusen rencontrait fréquemment Louise Toone, avocate salariée à la SEAJ. Peu après, il a vite accordé toute sa confiance à l’ensemble du personnel de la société. Selon lui, « les étudiants y obtiennent de l’expérience concrète unique et les clients y sont bien servis ». Le doyen a aussi remarqué que de nombreux étudiants francophones en droit montraient un intérêt traditionnel pour le travail à la clinique juridique et que plusieurs finissaient même par rester dans la collectivité en tant qu’avocat. L’accès à la prestation de service en français est très important, particulièrement à Ottawa. Selon le doyen, à Ottawa « on entend parler français et on lit des textes en français tous les jours, même si on est anglophone ».

S’investir dans la collectivité

Lorsque j’ai demandé à Bruce Feldthusen de quelles façons la SEAJ a évolué au cours de son décanat et quelles ont été ses réalisations les plus importantes, le doyen m’a expliqué que « le personnel de la société a toujours eu soif de nouvelles possibilités ». La SEAJ a étendu ses activités afin d’offrir davantage que les services de base. En effet, elle fournit maintenant, entre autres, des services juridiques à l’intention des clients autochtones – une branche unique assurée par des étudiants en droit des Autochtones – et une éducation juridique communautaire. De plus, la société travaille fort pour obtenir plus de subventions en vue d’accueillir davantage de stagiaires en droit. Bref, « l’équipe de la SEAJ tâche par tous les moyens de faire partie intégrante de la collectivité », explique Feldthusen avec fierté.

En parlant de faire partie de la collectivité, Bruce Feldthusen a toujours fait le maximum pour rester en contact avec sa faculté, notamment en se servant des médias sociaux. Selon lui, la faculté de droit « est une très grosse faculté et, par conséquent, il peut s’avérer difficile de discuter en personne. Nous faisons donc tout ce que nous pouvons, y compris nous servir de Twitter, pour diffuser de l’information et des avis ou pour signaler les bons coups de notre faculté ».

Brenna Hurley

À propos de Brenna Hurley

Brenna a commencé à travailler pour Aide juridique Ontario en juillet 2012. Elle est la Coordonnatrice des relations avec les intervenants. Elle a obtenu un Baccalauréat en relations publiques de l’université Mount Saint Vincent à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Brenna a déjà acquis plusieurs années d’expérience en relations publiques, notamment les communications internes, les médias sociaux et les relations avec les intervenants. Elle adore cuisiner et essayer de nouvelles recettes (ses amis lui servant de cobaye). Elle possède une passion pour les voyages, le ski et le café fort.