Visite de Lonny Queripel de l’Aide juridique de la Nouvelle-Écosse au bureau provincial d’AJO

Traduit par Diane Gagné pour Lonny Queripel

Lonny Queripel, avocat directeur et avocat de service à l’Aide juridique de la Nouvelle-Écosse, s’est récemment rendu dans la région de Toronto pour passer trois jours avec des membres du personnel d’Aide juridique Ontario (AJO) dans le but de recueillir de l’information sur la tenue de dossiers à des fins d’analyse comparative. Lors de son premier jour au bureau provincial, Lonny a assisté à un grand nombre de présentations données par des employés d’AJO et qui portaient entre autres sur le continuum de services, les services de base fournis par les avocats de service, la technologie de l’information, le projet SGIC et le processus de consultation. Lonny a passé les deux jours suivants au palais de justice de la région de Durham à Oshawa et au bureau du droit criminel à Barrie. Dans cet article, Lonny nous entretient de ce qu’il a appris lors de cette visite à AJO et nous donne un aperçu de l’aide juridique dans les Maritimes.

Je travaille à l’Aide juridique de la Nouvelle-Écosse depuis 22 ans maintenant. C’est par hasard que j’ai entrepris cette carrière. Un de mes amis m’a informé qu’il y avait un poste à combler à l’Aide juridique. J’ai passé une entrevue et on m’a embauché. Cet emploi s’est avéré parfait pour moi.

J’ai commencé ma visite à Aide juridique Ontario (AJO) en espérant me faire une meilleure idée de la façon dont un organisme de cette taille pouvait tenir les dossiers de ses activités. Lors de ma première journée au bureau provincial, j’ai obtenu la réponse à mes questions à ce sujet et des renseignements sur le suivi des clients, la gestion des causes et la gestion des certificats. J’ai déjà communiqué tout ce que j’ai appris à la direction de l’Aide juridique de la Nouvelle-Écosse.

Les visites que j’ai effectuées au palais de justice d’Oshawa et au bureau du droit criminel à Barrie m’ont donné un aperçu de deux méthodes très efficaces, quoique très différentes, de fournir des services d’avocats de service aux individus aux prises avec la loi. J’ai aussi eu l’occasion de visiter le nouveau palais de justice d’Oshawa, lequel met un espace à la disposition d’organismes de sorte que les personnes puissent avoir accès sur place à des services et du soutien essentiels.

Cette visite a été très intense et je n’ai pas encore fini d’assimiler tout ce que j’ai vu et entendu. Ce fut une occasion unique et j’espère qu’AJO a trouvé ces trois jours aussi utiles que moi. Je suis retourné au travail avec une ardeur accrue et de nombreuses idées pour rendre mon travail plus efficace pour les personnes que je sers.

Aide juridique de la Nouvelle-Écosse

L’Aide juridique de la Nouvelle-Écosse fournit des services selon le modèle des « avocats salariés », c’est-à-dire qu’aussi longtemps qu’une cause est fondée, que le client est admissible financièrement et que le service requis est offert, la cause est confiée à un avocat travaillant à temps plein pour l’Aide juridique de la Nouvelle-Écosse. Les services de base comprennent toutes les affaires en droit criminel susceptibles d’entrainer l’emprisonnement et toutes les affaires en droit de la famille qui concernent la garde des enfants, le droit de visite ou l’appréhension d’enfants.

L’Aide juridique de la Nouvelle-Écosse dessert un grand nombre de régions rurales et nos défis proviennent des difficultés auxquelles les clients sont eux-mêmes confrontés, c’est-à-dire l’emploi, les services d’éducation et de formation, les déplacements et l’accès aux services ou, en un mot, la pauvreté. Les régions rurales ne reçoivent pas toujours localement les services dont elles ont besoin, donc les clients s’en passent la plupart du temps. Nos succès des dernières années résultent de l’accent mis sur le changement de nos modes de prestation des services. Grâce à des initiatives conçues pour amener les avocats dans les collectivités, notamment dans les régions rurales et les communautés autochtones, nous avons rehaussé l’image de l’Aide juridique de la Nouvelle-Écosse.

Au cours des prochaines années, l’Aide juridique de la Nouvelle-Écosse prévoit élargir ses services aux questions de logement, au RPC et aux dossiers d’appels en matière d’aide sociale afin d’aider les personnes à faible revenu dont les besoins nécessitent des services au-delà des services de base auxquels notre prestation a été limitée au cours des dernières années.

Pour en savoir plus: Aide juridique de la Nouvelle-Écosse.

Lonny Queripel est avocat directeur et avocat de service à l’Aide juridique de la Nouvelle-Écosse.